sauter-au-contenu

8 conseils pour l’entretien de votre maison au printemps

 

Le printemps provoque un petit boost d’énergie : la sentez-vous? C’est aussi le moment idéal pour donner un peu d’amour à votre maison. Quelques vérifications et de l’entretien l’aideront à mieux accueillir la belle saison. Retroussez vos manches et suivez le guide!

Préparez une liste

Vous planifierez sans doute quelques travaux chez vous au cours des prochaines semaines. Pour ne rien oublier et vous aider à prioriser, écrivez tout. Le fait de mettre les tâches sur papier libère l’esprit… et avouons que c’est satisfaisant de rayer ensuite ce qui est terminé!

1. Examinez le toit

Votre toit en a gros sur le dos : caprices du climat, poids de la glace et de la neige, intempéries. C’est aussi une source possible d’infiltration, surtout lors de la fonte printanière.

Regardez-le pour déceler les dommages et les risques de problèmes plus importants. Dans l’idéal, évitez de marcher dessus: utilisez des jumelles pour l’inspecter ou servez-vous d’une échelle si quelqu’un se trouve près de vous pour assurer votre sécurité.

Ce que vous pouvez observer :

  • L’état des bardeaux
    Si leurs coins sont relevés, s’ils semblent gondoler, s’effriter ou craquer, prévoyez leur remplacement.
  • La structure
    Montre-t-elle des signes de faiblesse ou d’affaissement?
  • La cheminée et les joints d’étanchéité
    La cheminée semble-t-elle en bon état? Regardez aussi ses joints et ceux des solins.
  • Les branches trop proches
    Armez-vous d’un sécateur ou d’une scie pour couper les branches qui éraflent votre toit.

L’isolation, une autre grande question

On estime que 30 % de la chaleur d’une maison fuit par la toiture. Un coup d’œil aux combles (souvent appelés l’entretoit) s’impose lorsque vous remarquez des signes d’une isolation insuffisante, comme des glaçons l’hiver sur le bord du toit.

Dans les combles, observez…

  • l’apparition de taches, de moisissure ou de champignons
  • les traces d’eau après une grosse averse
  • la présence d’humidité
  • l’état de la laine minérale ou de l’uréthane présente

Si vous avez des soupçons concernant votre toiture ou les combles, contactez une entreprise spécialisée pour une évaluation plus poussée.

2. Testez les gouttières

Prenez le temps de nettoyer les gouttières. Pour ce faire, retirez les feuilles mortes et les divers débris (fragments de bardeaux, branchage, glace…) qui pourraient les obstruer.

Est-ce que l’eau y circule bien? C’est important pour prévenir les risques d’infiltration. Pour vous assurer que vos gouttières fonctionnent bien, versez-y de l’eau. Celle-ci doit s’écouler à bonne distance des fondations. Autrement, le sol peut s’engorger d’eau près de la maison, et le béton des fondations deviendra plus humide – tout comme votre sous-sol.

Dernière étape : vérifiez que les gouttières sont bien fixées, tout comme les descentes pluviales et les parefeuilles (s’il y en a).

3. Portez attention aux fondations et aux margelles

Faites le tour de votre maison pour évaluer si vos fondations ont bien traversé l’hiver. Certaines petites fissures ne créent pas de risque d’infiltration; dans certains cas, on peut même les réparer soi-même. Cependant, si elles sont longues, ou si elles se prolongent jusqu’au sol, consultez une entreprise spécialisée pour comprendre les causes du problème et comment le corriger.

Lors de votre tournée, regardez aussi les margelles. Retirez le reste de neige et les feuilles, qui peuvent retenir l’humidité.

4. Pensez au revêtement extérieur

Votre parement est-il endommagé au sortir de l’hiver? Si vos murs extérieurs sont en briques ou en pierres, vérifiez si elles s’effritent. Regardez aussi l’état des joints.

Avec des matériaux comme le bois, le vinyle ou le revêtement d’ingénierie (du préfabriqué), observez les planches: sont-elles fissurées, cassées ou décolorées?

Dans tous les cas, si vous repérez des bris, réparez-les au plus tôt: autrement, des infiltrations peuvent survenir. Sans compter que vous pourriez malgré vous avoir la visite de rongeurs. Pas le genre d’invités qu’on veut!

5. Garde-corps, rampes et escaliers: mettez-les à l’épreuve

Patios, marches, rampes… Vous les avez déneigés à quelques reprises ces derniers mois, les voilà bien exposés au soleil printanier. Mais ils ont peut-être trouvé l’hiver difficile.

Promenez-vous et testez leur solidité à des fins de sécurité. Un peu de mousse ou des champignons apparaissent sur un palier de bois? C’est un signe de moisissure. Prévoyez un remplacement des planches fragilisées au cours des prochaines semaines.

6. Lavez, lavez: attardez-vous aux portes et aux fenêtres

Vérifiez d’abord le cadrage des portes et huilez leurs charnières.

Examinez les joints de scellant autour des fenêtres, et lubrifiez leur mécanisme d’ouverture. Sortez leurs moustiquaires, mais avant de les installer pour la belle saison, un lavage des vitres s’impose. Mettez de la bonne musique!

Nettoyer les vitres : oui, mais pas au grand soleil

Choisissez une journée un peu nuageuse pour laver vos fenêtres. Quand le soleil plombe sur elles, elles sèchent trop vite, ce qui laisse souvent des marques.

Une fois un nettoyant vaporisé, on peut l’essuyer par divers moyens: linge en microfibre, raclette pour les surfaces mouillées... certains se servent même de leurs vieux journaux.

Femme qui lave une fenêtre

7. Inspectez la tuyauterie

En 2019, 47 % des sinistres payés en assurance habitation « découlaient » de dommages causés par l’eau.

Pour les propriétaires, ces dégâts virent parfois au désastre. Pourtant, sauf exception, on pourrait les prévenir. Voici comment :

  • Examinez (ou faites examiner) les raccords du lave-vaisselle, des éviers, de la laveuse et des toilettes.
  • Répétez l’étape pour vos appareils qui contiennent de la tuyauterie : un réfrigérateur qui produit des glaçons ou un refroidisseur d’eau, par exemple.

En cas d’usure ou de bris, changez les tuyaux à risque ou demandez de l’aide pour leur pose.

  • Jetez un œil au chauffe-eau. Compte-t-il plus de 10 ans? Si oui, planifiez son remplacement.
  • Voyez l’état de la valve de sécurité de votre entrée d’eau principale. Installez-en une neuve si elle montre des signes de fatigue.
  • Si votre maison est pourvue d’un clapet antiretour, il devrait être nettoyé une fois par an. S’il est bouché, contactez une entreprise de plomberie. Ce dispositif sert à vous protéger contre les refoulements d’égout et les inondations dans votre sous-sol. Son joint d’étanchéité doit également rester intact.

8. Systèmes d’aération : aidez-les à mieux respirer!

Nettoyez les filtres de l’échangeur d’air, si vous en possédez un, et celui de la hotte de cuisine. Il faut le dégraisser de temps à autre, car le gras pourrait finir par s’enflammer.

Les grilles des ventilateurs de salles de bain tendent à s’encrasser aussi : bon moment pour s’en occuper.

Si vous disposez d’un climatiseur et d’une thermopompe, voyez également à leur entretien annuel ou confiez-le à des professionnels. La poussière et les particules incrustées dans les filtres nuisent à la qualité de l’air – et même si on ouvre souvent les fenêtres l’été, le problème reste pour les mois suivants.

Et pour finir?

Après ces travaux importants, vous manquerez peut-être d’énergie pour poursuivre avec un grand ménage de printemps. Pas de soucis, ça peut sûrement attendre. Versez-vous donc une boisson fraîche et prenez une pause méritée au soleil!