Une protection optimale pour vos clients assurés par leur employeur

 

Les gens qui bénéficient d’un régime d’assurance collective pensent souvent que tous leurs besoins en matière d’assurance sont comblés. C’est peut-être le cas… ou pas. Voici quelques questions à poser à vos clients pour les aider à bien évaluer leur situation.

Question 1 – Votre protection d’assurance vie est-elle suffisante?

Qu’une personne soit assurée ou non au travail, une analyse de ses besoins à ce sujet est de mise. Vous devez donc déterminer le type et le montant d’assurance requis en cas de perte de revenu. Assurez-vous de tenir compte de son niveau d’endettement, de son plan successoral et de ses autres besoins.

Si elle est célibataire et n’a pas d’obligations financières en commun avec quelqu’un d’autre, la protection offerte par l’employeur suffit peut-être. En revanche, si elle est en couple et a des enfants ou des besoins plus complexes, ce sera peut-être différent.

L’analyse des besoins en assurance vie permet de déterminer en toute objectivité si le régime de l’employeur convient à sa situation.

Si une protection supplémentaire est requise, voyez si la personne peut augmenter son montant d’assurance dans le cadre de son régime collectif. Elle préférera peut-être aussi, pour toutes sortes de raisons, opter pour une assurance vie individuelle à part.

Question 2 – Qu’arrivera-t-il si vous quittez votre emploi?

Il est important d’examiner les modalités de la police d’assurance offerte par l’employeur. Vous saurez ainsi quelles options s’offriront à la personne en cas de changement d’emploi, de licenciement, de déclassement ou d’affectation à un poste à temps partiel.

Certaines polices d’assurance collective ne peuvent pas être transférées à un autre employeur ou transformées en polices individuelles. Cette situation est donc plus risquée.

En outre, les employeurs réduisent parfois, ou modifient d’une autre façon, la protection offerte à leurs employés. Ça vaut la peine de demeurer à l’affût des modifications que pourrait subir le régime de la personne. Vérifiez également si une assurance individuelle devrait être souscrite en complément.

Au moment de la retraite, les clients pourraient se voir offrir la possibilité de conserver leur protection d’assurance collective ou de la transformer en police individuelle. Cependant, mieux vaut, encore une fois, en examiner soigneusement les modalités. Par exemple, si le montant d’assurance diminue à la retraite, la personne pourrait avoir avantage à se procurer une protection supplémentaire tout de suite.

Question 3 – Qu’arrivera-t-il si votre santé devait se détériorer?

Si la personne devait éprouver de graves problèmes de santé la forçant à arrêter de travailler, les choses pourraient se compliquer.

La bonne nouvelle, c’est que bien des régimes d’assurance collective comportent une garantie d’assurance salaire. Celle-ci pourrait se révéler précieuse dans ce genre de situation. Cependant, si la maladie entraîne un changement dans sa situation d’emploi, il faut prévoir les répercussions sur sa protection d’assurance vie au moment où elle en aura le plus besoin.

Encore une fois, l’analyse des besoins de la personne, l’examen des limites de son régime d’assurance collective et la souscription à une police individuelle pour combler les écarts éventuels vous permettront de la protéger adéquatement, peu importe son état de santé ou sa situation d’emploi.

Question 4 – Est-ce que votre conjointe ou conjoint est assuré(e)?

Beaucoup de couples considèrent que ce qui compte, c’est que le principal soutien de famille ait une assurance vie. Toutefois, ce n’est pas aussi simple. En effet, la perte du conjoint qui gagne un revenu moins élevé ou qui reste au foyer peut avoir d’importantes répercussions sur les finances du ménage.

Pour commencer, la personne survivante voudra probablement s’absenter du travail et, à moins que son employeur ne soit disposé à lui accorder un congé payé, l’assurance pourra servir à remplacer le revenu manquant.

Ensuite, la personne devra désormais assumer seule davantage de responsabilités familiales. Ainsi, elle aura moins de temps et d’énergie à consacrer au travail ou elle voudra engager des ressources pour l’aider.

Ainsi, l’analyse des besoins doit englober l’ensemble de la cellule familiale. Si l’un des conjoints ne bénéficie pas d’une protection suffisante en vertu du régime d’assurance collective, une protection individuelle pourra être envisagée.

 

Tant mieux si la personne se voit offrir des garanties d’assurance gratuites ou à peu de frais au travail. En revanche, vous devez absolument vérifier si le montant d’assurance convient. Considérez également les répercussions si elle change d’emploi ou tombe malade et assurez-vous que le conjoint et les enfants à charge bénéficient d’une protection adéquate.

Dans bien des cas, la meilleure solution consiste à souscrire à une assurance individuelle en complément de l’assurance vie fournie par l’employeur. Plus la personne y souscrira tôt, plus les conditions d’admissibilité seront faciles à remplir et l’assurance sera abordable. Beneva est là pour vous accompagner, vous et vos clients, alors mettons-nous au travail!