sauter-au-contenu

Assurance habitation : 4 conseils pour la tenir à jour

 

Magnifique, votre nouvelle cuisine! Et refaire la vieille plomberie du rez-de-chaussée s’est avérée une autre brillante idée. Savez-vous toutefois que ces changements influencent sans doute votre assurance habitation? D’ailleurs, ce ne sont pas les seuls qui ont un impact. On vous dresse ici une liste de conseils en vue de votre renouvellement d’assurance, pour que votre protection et son prix collent à vos besoins réels.

1. Rénos et gros travaux : indiquez-les à votre assureur

Bien des facteurs influencent le coût de votre assurance habitation : âge, secteur et dimensions de votre propriété, matériaux de construction utilisés, etc.

De plus, la couverture doit toujours tenir compte des sommes requises pour reconstruire votre maison en cas de sinistre – un incendie, par exemple. Pas surprenant alors que les rénos influent sur la valeur de votre résidence, vos protections et leur prix.

Un cas concret

L’été passé, Marie-Ève et Akim ont rénové le sous-sol de leur bungalow de 1983. Après 32 000 $ de factures (et pas mal d’heures de travail), ils veulent, entre autres une meilleure protection contre les dégâts d’eau et le refoulement d’égout.

Votre sous-sol n’a pas changé, mais vous avez remplacé un vieux chauffe-eau et construit un cabanon cette année? Signalez ces travaux à votre assureur.

2. Mentionnez les installations importantes

Vos protections et leur coût dépendent aussi d’ajouts comme…

  • du chauffage auxiliaire (foyer, poêle à bois ou au gaz, etc.) : votre compagnie d’assurance pourrait revoir le prix de votre protection à la suite de cette installation, surtout si un nouvel appareil augmente le risque d’incendie.
  • un système de sécurité relié à une centrale : l’ajout de ce dispositif peut réduire le coût pour vous prémunir contre le vol. Vous avez donc tout intérêt à le signaler à votre assureur. À l’inverse, désactiver un système d’alarme provoquera peut-être une hausse sur votre prochaine facture.
  • une piscine ou un spa : non, ces oasis de détente ne sont pas forcément couvertes par votre assurance. Vous devez demander un ajustement à votre contrat pour y remédier.

Indiquez d’autres installations notables, comme la pose d’un clapet antiretour; ce dispositif sert à prévenir les refoulements provenant des égouts municipaux… Bref, c’est le genre d’atout qu’un assureur considère pour revoir son prix à la baisse!

3. Protégez vos principaux achats de l’année

Depuis un an, vous avez acheté des bijoux ou encore une œuvre d’art, des meubles ou des électros neufs? Vous devriez aussi vérifier vos protections auprès de votre assureur. Le but : confirmer si votre couverture comprend vraiment la valeur de tous vos biens, nouveaux achats inclus.

Un cas concret

Cette année, Phil a enrichi le contenu de sa cave à vin avec plusieurs grands crus : pinots noirs, bordeaux blancs, chablis… Il doit l’indiquer à son assureur, car sa collection gagne de la valeur sans pour autant être couverte. Un vol ou du vandalisme, par exemple, lui coûteraient très cher.

Par ailleurs, certains biens peuvent faire l’objet de restrictions dans votre contrat. Cinéma maison, nouvel ordinateur, logiciels… Le matériel informatique ou multimédia est sans doute couvert par votre assurance – mais peut-être en partie seulement. Renseignez-vous pour vérifier que vous pourriez tout racheter en cas d’ennuis. Si certaines protections actuelles ne suffisent pas, revoyez-les en discutant avec votre assureur.

4. Déclarez tout changement de votre vie qui a un impact

Au-delà des changements matériels, certaines modifications dans votre style de vie ou dans l’organisation familiale entraînent elles aussi de nouveaux besoins en assurance ou une révision de son coût : le début d’une cohabitation, un mode de travail qui évolue, une séparation… Tout cela, et plus encore, influence l’assurance habitation.

Deux exemples concrets

Votre voisine Judith ne vit plus seule dans son condo : Catherine, sa conjointe depuis deux ans, vient d’emménager avec elle. Judith a fait inscrire le nom de Catherine au contrat d’assurance habitation. Autrement, les biens de cette dernière n’auraient pas été couverts en cas de pépins.

De votre côté, vous avez commencé le travail autonome chez vous. Votre matériel fait l’objet d’une protection de base, mais il vous manque sans doute un supplément pour inclure l’ensemble de votre équipement professionnel. C’est le temps d’appeler votre assureur!

Vous avez adopté un chien cette année? Faites-le savoir au renouvellement de votre assurance habitation, parce que celle-ci couvre plus que votre maison et ce qu’elle contient. Elle prévoit aussi une assurance responsabilité civile. Par conséquent, vous et les autres personnes inscrites à votre contrat êtes protégés entre autres si…

  • Un facteur glisse accidentellement dans votre entrée glacée et se blesse.
  • Votre chien mord quelqu’un et lui inflige des blessures.

Au fait, vérifiez si la race de votre chien est couverte : plusieurs compagnies d’assurance en excluent certaines.

La clé d’une maison bien protégée

L’assurance habitation n’est pas quelque chose de figé qu’on doit ajuster aux 15 ans. Elle doit évoluer avec vous. Même s’il devient tentant de ne pas signaler une nouveauté par crainte d’une hausse de prix, c’est un faux calcul : en cas d’ennuis, l’assureur pourrait réduire le montant réclamé ou refuser votre réclamation si des changements d’importance n’ont pas été mentionnés. Le choix logique, c’est donc d’y voir pour garder vos protections à jour!