sauter-au-contenu

Qui héritera de votre assurance vie?

 

Les personnes qui reçoivent le montant d’assurance à votre décès sont des bénéficiaires.

Les nommer peut sembler une étape simpliste, mais elle ne l’est pas.

Voici tout ce que vous devez savoir pour bien les choisir.

1. Qui sont les bénéficiaires?

En plus du nom des personnes qui recevront le montant d’assurance vie à votre décès, indiquez le lien qui vous unit sur le contrat.

Cette précision vous garantit que vos volontés seront respectées.

Vous pouvez nommer comme bénéficiaire une compagnie (aussi appelée société par actions ou personne morale) ou un organisme sans but lucratif.

2. Prévoir votre descendance

Saviez-vous que les bénéficiaires peuvent être des personnes qui ne sont pas encore nées au moment de la signature de votre contrat d’assurance vie?

Si vous pensez que d’autres enfants s’ajouteront à votre lignée, marquez « enfants nés et à naître » ou « petits-enfants nés et à naître » et ils hériteront du montant d’assurance.

3. De la souplesse si vous changez d’idée

Quand vient le temps de déterminer vos bénéficiaires, vous devez préciser si votre choix est révocable ou irrévocable.

Choix révocable

Vous pouvez retirer le nom du bénéficiaire de votre contrat d’assurance vie sans obtenir son accord.

Choix irrévocable

Vous ne pouvez pas enlever le nom du bénéficiaire sans avoir obtenu son accord.

 

La case bénéficiaire révocable est cochée d’emblée dans les contrats d’assurance vie.

Si vous souhaitez qu’un bénéficiaire soit irrévocable, vous devez donc le préciser.

Un mineur ou un adulte jugé inapte ne peuvent pas autoriser une modification de bénéficiaire irrévocable.

Un choix irrévocable pour les époux québécois

En général, les époux sont considérés comme des bénéficiaires irrévocables.

Si vous souhaitez le contraire, vous devez cocher la case révocable dans votre contrat d’assurance vie.

4. Un plan B… au cas où

On retrouve parfois le terme « bénéficiaire subrogé ou subsidiaire » dans les contrats d’assurance vie.

Cela signifie que vous pouvez nommer d’autres personnes qui hériteront du montant d’assurance s’il ne peut pas être donné à vos premiers bénéficiaires.

En nommant ces bénéficiaires « Plan B », vous avez la certitude que votre assurance vie sera versée à l’un des proches de votre choix et non à votre succession.

5. Un partage en pourcentage

Il est préférable d’indiquer un pourcentage pour chaque bénéficiaire de votre assurance vie.

Si vous ne le faites pas, le montant d’assurance sera divisé en parts égales entre chacun d’entre eux.

6. Un répit financier pour vos proches

À votre décès, votre entourage pourrait avoir des montants à payer, par exemple de l’impôt, vos dettes et vos frais funéraires.

Pour éviter que ce fardeau financier leur revienne, choisissez-les comme bénéficiaires. Ils pourront utiliser l’assurance vie pour régler ces montants et éviter de s’endetter.

7. Une mise à jour nécessaire

Choisissez un autre bénéficiaire si ce dernier est décédé ou s’il y a eu divorce.

8. Et si le ou la bénéficiaire a moins de 18 ans?

Un bénéficiaire âgé de moins de 18 ans ne peut pas gérer le montant d’assurance vie qu’il a reçu.

Au Québec, c’est son parent ou son tuteur légal qui le fera à sa place.

Ailleurs au Canada, il vous faudra nommer un fiduciaire qui aura le même rôle.

9. L’aide des conseillers en sécurité financière

Pour vous aider à faire un choix éclairé pour nommer vos bénéficiaires, faites affaire avec des conseillers en sécurité financière.

Ils pourront aussi vous conseiller si vous devez modifier les bénéficiaires de votre contrat d’assurance vie.