Ce que fait un actuaire

Un homme assis devant un ordinateur

Question piège : Qui peut prévoir les catastrophes et vous prédire la fortune dont vous disposerez à la retraite? Pardon? Un astrologue? Allons! Un peu de sérieux. Il s’agit, assurément, de l’actuaire.

Voici un tour d’horizon de cette profession méconnue, mais particulièrement utile dans le monde de l’assurance. Qui sait? Peut-être que cela vous donnera envie de vous orienter, ou réorienter, dans cette voie.

Un actuaire, qu’est-ce que ça mange en hiver?

Savez-vous précisément ce qu’est un actuaire? Si votre réponse est non, cela se comprend. En effet, à moins d’en compter un ou une dans vos rangs, vous avez peu de chance d’en croiser. Contrairement au notaire, ou au conseiller financier, l’actuaire interagit rarement avec le grand public. Il opère davantage dans les coulisses. Mais quelle est sa fonction, exactement?

Voici comment l’Institut canadien des actuaires a défini la profession :

« Les actuaires sont des professionnels du monde des affaires qui appliquent les mathématiques aux problèmes financiers. Les actuaires font appel à leurs connaissances spécialisées en mathématiques financières, en statistique et en théorie des risques afin de résoudre [des] problèmes spécifiques […] »

S’il n’existe aucune donnée probante sur la diète hivernale de l’actuaire, il est en revanche facile de cerner son habitat naturel, qui couvre une variété de domaines. Voici dans quels secteurs d’activité on le trouve :

  • Les sociétés d’assurance vie Les sociétés d’assurances IARD, c’est-à-dire, celles qui couvrent les biens et possessions en cas de sinistres
  • Les régimes de retraite Les firmes-conseils
  • Les banques et services financiers
  • Les organismes de réglementation
  • Les programmes sociaux, incluant les soins de santé

Bref, l’actuaire œuvre là où il y a nécessité de résoudre des problèmes associés aux risques financiers qui touchent des segments importants de la population.

Les qualités de l’actuaire

La profession d’actuaire trouve sa niche au carrefour de la science appliquée (mathématiques, statistiques), de la finance et du monde des affaires. Outre les compétences disciplinaires, elle requiert une variété d’aptitudes et de compétences transversales. Ainsi, pour exercer l’actuariat, vous devez faire preuve :

  • d’une grande capacité à résoudre des problèmes
  • de créativité
  • de sens éthique
  • d’autonomie
  • d’efficacité
  • de facilité à communiquer
  • d’une excellente maîtrise de la langue anglaise

Vous vous reconnaissez dans le portrait de ce mammifère calculateur de risques?

Si vous songez à devenir actuaire, attendez-vous à passer quelques années sur les bancs d’école. Voici la formation à suivre pour accéder à la profession.

Au collégial :

La première étape consiste à obtenir un diplôme d’études collégiales (DEC).

Si vous voulez emprunter le parcours le plus stratégique, orientez-vous vers les sciences de la nature ou les sciences informatiques et mathématiques.

Dans tous les cas, vous devrez suivre les cours de mathématiques 103, 105 et 203, qui sont préalables à l’admission au baccalauréat. Certains programmes universitaires exigent aussi des cours en physique.

Pour être admis à l’université, veillez à maintenir une cote R égale ou supérieure à 22.

À l’université :

Après votre DEC, vous devrez obtenir un baccalauréat en actuariat, ou un baccalauréat en mathématiques avec orientation en actuariat.

Cette formation dure 3 ans et peut s’accompagner de stages au cours de vos études.

Universités québécoises offrant le baccalauréat en actuariat

Université Concordia
Université Laval
Université de Montréal
UQAM

Le bac en actuariat vous ouvre les portes pour pratiquer en tant qu’actuaire.

Vous pourrez, par la suite, poursuivre vos études à la maîtrise et au doctorat si vous souhaitez entreprendre une carrière en enseignement ou en recherche universitaire.

La cour des grands

Dès que vous aurez votre baccalauréat en main, vous pourrez faire vos premières armes dans le domaine.

Sachez toutefois que cette profession est encadrée par des ordres professionnels, à commencer par l’Institut canadien des actuaires (ICA). Afin de gravir les échelons, vous devrez bûcher encore pour obtenir les titres décernés par l’ICA, dans l’ordre suivant :

  1. Associé
  2. Fellow

Vous obtiendrez ces titres après la réussite des examens de la Society of Actuaries et du Casualty Actuarial Society (CAS) (en anglais seulement), pour les actuaires qui se spécialisent dans l’assurance de dommages.

Plus tôt vous commencerez, plus vite vous tirerez profit des avantages. En général, les candidats qui souhaitent obtenir les titres d’associé et de fellow entreprennent cette démarche pendant ou tout de suite après leurs études de baccalauréat.

Les perspectives en actuariat

L’actuaire n’est certainement pas une espèce menacée. En effet, la profession tend à demeurer stable dans le temps malgré les fluctuations économiques. Ajoutons à cela divers facteurs qui stimulent le marché, tels que :

  • le vieillissement de la population, assorti au contrôle des régimes collectifs et des fonds de pension
  • le développement constant de nouveaux produits d’assurances
  • les avancées technologiques et la demande croissante de stratèges pour orienter les décisions d’affaires

Ainsi, si vous songez à devenir actuaire, rassurez-vous: le taux d’emploi est très élevé au Québec. Le taux de placement des finissants en actuariat avoisine 100 %. Autant dire que la majorité des nouveaux diplômés réussissent à dénicher un emploi à temps plein dans leur champ d’expertise.

Un autre élément à considérer : la profession se classe parmi les meilleures en tenant compte du salaire, de la stabilité et de l’horaire. Ainsi, si la route vous semble longue pour devenir actuaire, vos efforts seront largement compensés par une carrière enrichissante à tous points de vue.

Vous êtes actuaire et aimeriez travailler pour Beneva?

Consultez nos offres d’emploi.