sauter-au-contenu

Véhicules commerciaux : pensez à l’entretien du printemps!

 

Ah, le combo sel, sable et gravier… Cette mixture étalée sur nos routes en hiver, vous ne la commanderez jamais au resto du coin. Vos véhicules d’entreprise l’ont pourtant à leur menu plusieurs mois par année. Le retour du printemps devient donc idéal pour leur entretien.

C’est le bon temps aussi pour vérifier si votre assurance pour véhicules commerciaux convient encore à votre situation.

Avant de survoler les points à inclure dans votre tournée, voyons pourquoi l’entretien saisonnier est si important.

7 raisons pour agir

1. augmenter la sécurité des gens qui conduisent vos véhicules commerciaux (camions, voitures, fourgonnettes…)

2. réduire les coûts directs ou indirects des pannes potentielles 3. prolonger la durée de vie des véhicules

4. réaliser des économies d’essence et moins polluer

5. préserver votre investissement avec une meilleure valeur de revente

6. refléter une bonne image de votre entreprise

7. pouvoir, au besoin, mieux profiter d’une garantie (grâce au respect du calendrier d’entretien du constructeur)

Bref, des véhicules bien entretenus restent plus fiables. Ça se traduit donc par moins de coûts et de risques pour votre entreprise.

Commencez par un grand ménage

Que vous ayez un véhicule ou toute une flotte, le temps est au lavage complet pour retirer toute trace d’abrasifs. Faites suivre cette étape par un bon polissage. Vous possédez des camions? Choisissez des produits conçus pour décrasser les équipements lourds: ils sont mieux adaptés à leurs surfaces.

Le bon produit au bon endroit

En ménageant la peinture des carrosseries avec des produits d’entretien spécialisés, vous protégez aussi le métal, juste dessous, d’une usure prématurée et de la corrosion.

Dorlotez tout autant l’intérieur de vos véhicules : le calcium y cause plus de dommages qu’on pense. Pour ce faire, utilisez un aspirateur et des nettoyants adaptés.

Les sièges de tissus peuvent être désinfectés à la vapeur, mais laissez-les ensuite sécher au complet pour éviter que l’humidité s’installe (avec son odeur déplaisante).

Pour un vrai grand ménage, faites aussi contrôler le bas et le dessous de chaque véhicule par des professionnels de l’entretien. Les bas de caisse et le châssis sont très exposés au sel des routes. La rouille les guette si on oublie de les décrasser!

Sortez les pneus d’été

Bientôt, vos conducteurs n’entendront plus la radio… et plus grand-chose sauf des bruits agaçants de pneus d’hiver mal adaptés à l’asphalte. On connaît bien leur importance pour la sécurité, mais ils performent seulement par temps froid.

Dès que le mercure grimpe à plus de 7 degrés pendant quelques jours, vaut mieux prévoir leur remplacement.

Oui, c’est plus simple de les garder, mais…

  • C’est moins économique
    Rouler en pneus d’hiver une fois la saison finie fait grimper la consommation d’essence. La cause? Une résistance plus grande à la chaussée.
  • C’est plus risqué
    Les profondes rainures des semelles retiennent un peu l’eau, ce qui gonfle les risques d’aquaplanage. La distance de freinage augmente aussi.
  • Et parfois carrément dangereux
    La gomme des pneus d’hiver garde son élasticité au froid, mais elle se défait rapidement – et peut même éclater – sur l’asphalte chaud.

Le retour des pneus d’été sur vos véhicules d’entreprise devient donc à la fois une question d’économie et de sécurité. Profitez de leur pose pour faire vérifier leur pression et l’alignement. Des roues non parallèles nuisent à l’usure normale des pneus, à la tenue de route et à la consommation d’essence. Un pensez-y-bien!

Prenez le pouls des batteries

Les batteries de vos camions, fourgonnettes ou voitures de service sont-elles en forme? Si le démarrage a parfois été laborieux en janvier ou même rock’n’roll en février, c’est mauvais signe évidemment.

Le froid est un ennemi juré des batteries. Voilà pourquoi, au sortir de l’hiver, on doit les tester pour connaître leur état. Leur charge doit suffire pour éviter les pannes, surtout quand la canicule leur demandera un extra d’effort.

Lors de l’examen printanier, regardez si les branchements montrent des signes de corrosion.

Liquides et filtres : prévoyez une tournée générale

Comme la sève printanière, les liquides circulent dans les systèmes de vos véhicules. Ils se révèlent tous importants. La saison froide leur fait la vie dure, surtout dans le cas de l’huile de transmission et de l’huile à moteur.

Vérifiez le niveau des liquides de chaque véhicule de votre entreprise. Au besoin, confiez leur vidange à des spécialistes.

C’est aussi le moment d’examiner les divers filtres et de remplacer ceux qui sont obstrués ou brisés. Chacun sert à un usage précis : retenir les impuretés de l’air, du pollen, du carburant…

Pour voir clair : occupez-vous des pare-brise et des essuie-glaces

Votre tournée printanière passe aussi par un coup d’œil aux pare-brise de vos véhicules. Un caillou projeté a créé une fissure? Elle peut avoir grossi depuis. L’écart de température entre la chaleur de l’habitacle et le gel extérieur fragilise la vitre en hiver. Pas de risque à prendre dans ce cas : faites réparer ou remplacer votre pare-brise pour des questions de sécurité.

Et puis il y a les essuie-glaces : ceux adaptés pour la saison froide, avec leur caoutchouc épais, ne sont pas aussi efficaces l’été. Le soleil peut d’ailleurs les abimer.

Certains propriétaires de véhicules attendent que leurs balais râpent le pare-brise, laissent des stries ou fassent tout un concert de «clap clap». Pas besoin de les imiter! Un truc: remplacez-les au moment du changement d’heure, au printemps comme à l’automne.

Avant de reprendre la route

Les freins de vos véhicules commerciaux commencent à dater? C’est un autre point à voir même s’il déborde d’un simple entretien printanier. Après tout, la sécurité de vos conducteurs est en jeu.

Et si tout semble enfin en ordre, jetez un coup d’œil final à la cour de votre entreprise. N’a-t-elle pas belle allure sous le soleil avec des véhicules propres et brillants?