sauter-au-contenu

7 mythes sur l'assurance invalidité

 

Nous dissipons pour vous quelques mythes fréquents à propos de l’assurance invalidité.

Que veut dire le terme « invalidité? ».

C’est l’incapacité d’effectuer les tâches à son travail en raison d’une maladie particulière ou d’une blessure. Une personne peut être en invalidité de courte durée ou de longue durée selon sa situation.

Mythe 1 : Vous n’avez pas besoin de cette assurance, car vous ne serez jamais invalide.

Il est possible que vous ne soyez jamais invalide, mais il n’y a aucun moyen d’en avoir la certitude. Et si votre condition de santé physique ou mentale changeait soudainement, seriez-vous en mesure de maintenir votre santé financière? L’assurance invalidité permet justement, dans la mesure du possible, de prévoir ce type de difficultés imprévisibles et d’assurer votre sécurité financière. Selon l’Association des commissions des accidents du travail du Canada (ACATC), les travailleurs et travailleuses ont une chance sur trois de devenir invalides pendant 90 jours ou plus avant l’âge de 65 ans.

Mythe 2 : L’assurance invalidité coûte trop cher.

L’assurance invalidité est généralement moins chère que d’autres types d’assurances. De plus, les produits d’assurance invalidité individuels sont flexibles et peuvent être adaptés en fonction de vos besoins et de vos moyens. Il est donc possible de payer une prime qui correspond à votre budget. Fait intéressant à noter : en cas d’invalidité, les versements auxquels vous avez droit peuvent être à l’abri de l’impôt si vous avez payé les primes à 100 %.

Mythe 3 : Votre assurance collective vous couvre déjà en cas d’invalidité.

Contrairement à la croyance populaire, votre assurance collective ne vous procurera pas 100 % de vos revenus d’emploi en cas d’invalidité. Vous avez la possibilité d’ajouter une autre assurance invalidité pour couvrir un pourcentage supplémentaire et pour combler un manque à gagner. Comme la couverture d’assurance collective varie d’un employeur à l’autre, il vaut mieux vous informer afin de connaître les détails de votre assurance collective avant qu’une invalidité ne survienne.

Mythe 4 : L’argent que vous mettez de côté dans un fonds d’urgence pourra servir à compenser votre perte de revenus en cas d’invalidité.

Votre fonds d’urgence est très important en cas de dépenses non planifiées. Par contre, si vous devenez invalide, les économies accumulées dans ce compte ne seront peut-être pas suffisantes pour couvrir votre perte de salaire sur une longue période. Une assurance invalidité compensera votre perte de revenus pour que vous puissiez vous concentrer sur votre guérison.

Mythe 5 : Le gouvernement vous couvre en cas d’invalidité.

Il existe certains programmes d’état qui peuvent vous aider lors d’une invalidité, comme ceux gérés par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ou le Régime de rentes du Québec (RRQ). Cependant, ceux-ci sont limités et il vous faudra satisfaire plusieurs conditions pour y être admissible. De plus, ces régimes ne couvrent pas tous les types d’invalidité. Par exemple, les programmes d’indemnisation en cas d’accident de travail couvrent seulement les invalidités imputables aux incidents survenant sur les lieux de travail. Enfin, les régimes publics ne remplaceront pas nécessairement votre revenu à 100 % en cas d’invalidité.

Si, par bonheur, vous détenez une assurance invalidité, elle pourrait vous dédommager pour la partie non couverte par les instances publiques.

Mythe 6 : La dépression ne fait pas partie des causes d’invalidité reconnues.

Si vous souffrez de dépression ou de tout autre trouble psychologique au courant de votre vie, certains produits d’assurance invalidité pourraient vous indemniser pour un arrêt de travail. Vérifiez si cette protection est incluse à votre contrat.

Mythe 7 : Les congés de maladie peuvent suffire en cas d’invalidité.

C’est faux. Le nombre de congés de maladie n’est pas suffisant en cas d’invalidité à long terme. Votre banque de congés finirait par s’épuiser et vous ne recevriez plus de salaire, à moins d’avoir une assurance collective couvrant l’invalidité. Le fait de posséder une assurance invalidité individuelle vous assurera d’avoir les moyens financiers pour traverser un arrêt de travail de plusieurs mois et consacrer votre énergie à vous remettre sur pieds!

 

*Chaque police d’assurance invalidité est différente. Vérifiez quelles sont les protections incluses à votre contrat.