sauter-au-contenu

Assurer un bâtiment commercial

 

Le choix d’acheter un bâtiment commercial ou de louer un espace dépendra de vos besoins. Toutefois, avant de prendre une décision, mieux vaut comprendre les impacts de celle-ci sur votre assurance entreprise.

Analysez vos besoins et tenez compte des points suivants afin de bien choisir.

1. La nature de vos activités

La nature de vos activités commerciales influence le type de protections requis, et donc le prix de votre assurance entreprise. Par exemple, les dentistes n’ont pas les mêmes besoins en matière de bâtiment que les garagistes. Si vous travaillez avec des produits inflammables, entre autres, vous paierez plus cher. Ainsi, selon votre situation, vous pourriez éprouver de la difficulté à vous assurer.

2. Les facteurs de risque

Quand on pense assurance pour bâtiment commercial, on tend à se limiter aux risques les plus évidents, comme la responsabilité civile, le feu, le vol et le vandalisme. On pourrait également invoquer, entre autres :

  • une main d’œuvre inexpérimentée
  • une technologie obsolète
  • des lieux de travail inadéquats
  • une formation insuffisante
  • un entretien déficient

Considérez aussi l’emplacement du bâtiment. Est-ce qu'il se trouve dans une zone inondable? Ces risques pourraient vous coûter cher en matière d’assurance si vous les négligez. Votre assureur pourrait donc vous obliger à réduire certaines protections, augmenter vos franchises ou encore refuser de vous assurer.

3. S’assurer en tant que propriétaire

Le bâtiment vous appartient, donc vous êtes responsable de la gestion des risques à part entière.

Pour pouvoir calculer le prix de votre assurance, l’assureur exigera régulièrement une évaluation professionnelle de l'immeuble pour connaître son état. Cette évaluation devra inclure l’entretien requis, les rénovations à prévoir ainsi que les risques de sinistres.

C’est en fonction des risques identifiés que l’assureur détermine l’étendue des protections nécessaires et vos montants d’assurance.

Si vous financez l’achat du bâtiment, sachez que votre créancier pourrait aussi exiger l’ajout de certaines clauses à votre contrat d’assurance.

4. S’assurer en tant que locataire

Normalement, les besoins d’assurance pour les locataires diffèrent de ceux des propriétaires, même si la responsabilité est partagée avec le locateur.

Aussi, concernant la responsabilité civile, vous pourriez choisir la garantie de responsabilité locative. Elle vous protégera contre les dommages causés à vos locaux.

Dans certains cas, c’est le locateur qui exigera des protections particulières et des montants précis. Par exemple, en prévision de poursuites éventuelles, le locateur pourrait faire ajouter son nom sur votre contrat à titre d’assuré supplémentaire. Il pourrait aussi insister pour qu'une clause de « renonciation à la subrogation » figure au contrat. Cette clause lui permettrait de poursuivre le responsable du dommage que vous pourriez subir. Si c’est le cas, discutez avec votre représentant ou votre représentante pour connaître l’impact sur votre assurance.

5. Les activités commerciales des locataires et des voisins

Si vous n’êtes pas l’unique locataire et que des voisins se trouvent à moins de 30 mètres du bâtiment, sachez que votre assureur tiendra compte du type d’activités menées par ces derniers pour calculer votre tarif. Un assureur pourrait même refuser de vous assurer si vous louez ou possédez un immeuble situé près d’un bar, par exemple, ou d’une entreprise qui utilise des produits chimiques dangereux.

Avant de signer un bail, informez-vous sur les critères de sélection du locateur. Vous réduirez ainsi les possibilités qu'une entreprise dont les activités sont considérées comme un risque pour votre assureur loue un local trop près du vôtre.

Avant d’acheter ou de louer, mieux vaut profiter des conseils de votre assureur. C’est le meilleur moyen pour éviter de regretter votre décision.